IN UTERO /// IN UTERO ///IN UTERO

Art#, Photographie Artistique /// Travail d’écriture commencé en 2016 et photographique en 2019 /// IN UTERO – Les femmes, Leur Corps, L’aliénation /// Construction sociale mouvante et objet de projections mentales, le corps de la femme, refuge de son identité peut être objet d’aliénation /// Travail de la lumière artificielle, rendant l’enfermement palpable et nous rappelant le crayon gras /// Travail noir et blanc, nous suggérant la privation de la couleur - nature même de l’œil - et mettant en lumière le corps de la femme en privation de liberté, aliéné.
Sur un ton humaniste, en observatrice et sans jamais prendre quelconque position politique ou autre, ma photographie parle du corps comme refuge de l’identité, de pouvoir, de liberté, d’aliénation, de résistance, de vie quotidienne. Pour ma série IN UTERO, j’ai voulu faire entrer la photographie humaniste dans mon studio et mettre à nu l’humain, les sortir tous deux de la rue, inspirée par les hétérotopies foucaldiennes, ces espaces autres où règne l’utopie.
Dans mon studio comme dans la rue, je cherche l’instant pour figer l’éphémère, mon modèle est en mouvement, je choisis mon cadre en laissant beaucoup parler le hors-champ. Seule la lumière change, des boites à lumière remplacent la lumière naturelle ou bien les néons de la rue, j’aiguise mon regard grâce à chaque partie du Corps, je me donne pour mission d’enchanter le très ordinaire, de réinventer le mortel, de poétiser ce profond réalisme commun à tout humain, restant ainsi fidèle à mon mouvement photographique qui m’est si cher.
Ce premier volet, IN UTERO – Les femmes, Leur Corps, L’aliénation - nous raconte le Corps des femmes, ce Corps aliéné aux rôles genrés qu’elles se voient attribuer par la société. L’identité féminine comme pure construction sociale, de la femme fatale à la prostituée, de la maternité au marché de l’emploi, de Jakarta à Paris, le corps forgé par ces identités féminines est aliéné, soumis à ces idéaux dictés par la société et intériorisés dès le plus jeune âge, et dont le modèle culturel est encore aujourd’hui fondé sur l’objectivation de la femme. Encore aujourd’hui relayée à la séduction, à la consommation, à la maternité ou encore à la sphère privée, le discours actuel semble nous écarter de cette pensée, cependant la norme, les valeurs, les rites, les rôles, le système culturel tout entier est toujours dessiné par la méprise, le dénigrement, la mise à l’écart. Les agents de socialisation remplissent leur mission, allumons la radio, la télévision, allons au cinéma, regardons la publicité, observons la rue, le monde du travail, les foyers, les contours de la soumission n’ont pas bougé !
Cependant, certaines femmes et certains hommes sont déviants, résistent, et respirent comme un air de Liberté.
IN UTERO nous parle ici de l’identité féminine, mon travail est bien plus vaste, il raconte toutes ces identités stigmatisées et aliénées : hommes, femmes, groupes religieux, groupes ethniques…la question restant la même, sous quelle forme le contrôle social opère t’il et quelles sont les identités normatives qui travaillent pour lui ?

Si vous souhaitez Exposer, Visiter ou Acheter des Photographies #IN UTERO# contactez-nous dès maintenant!

Visionnez vite le Teaser de l'Exposition

© Rachelle REY
                                                                                                                                                                              
                                                                                                                                          

Top